Browsing Category

VIE HEALTHY

VIE HEALTHY

Le deshydrateur

Que ce soit parce que notre potager déborde de légumes, une super offre chez notre primeur préféré, ou pour sauver les fruits et légumes « moches « de fin de marché, il arrive que l’on se retrouve avec une quantité superflue de fruits et légumes.

Déshydrater s’est présenté comme la solution idéale pour la conservation en premier lieu, et puis a finalement ouvert un champ des possibles insoupçonné.

C’est quoi déshydrater?

Déshydrater c’est enlever le liquide d’un produit. Le désydrateur permet un séchage à basse température.
Considérons un fruit ou légume comme étant la somme = liquide + vitamines/enzymes/minéraux + fibres.
Quand l’extracteur de jus permet de les séparer en liquide + vitamines et fibres de l’autre côté pour permettre une meilleure assimilation des vitamines, puisque le corps n’utilise pas d’énergie à digérer les fibres. Le déshydrateur, lui, garde vitamines + fibres et se dépourvu du liquide.

Aussi, à consommer uniquement des produits déshydratés, on manquerait cruellement d’eau. Néanmoins, c’est ce que l’on fait depuis des décennies, avec les cuissons à hautes températures et autres fritures/barbecue. 😉

Désydrater à moins de 42° permet de conserver une alimentation « vivante » avec plus d’enzymes, de vitamines et de minéraux disponibles.

Pourquoi déshydrater?

  • pour conserver des aliments crus plus longtemps
  • pour un stockage qui n’utilise pas de ressources (une fois déshydratées, les denrées se conservent dans des bocaux en verre, quand le stockage au congélateur nécessite de l’électricité)
  • pour varier son alimentation (texture, goût, formes)

En pratique, que peut-on réaliser?

  • des fruits séchés
  • des chips de fruits et légumes
  • le séchage de plantes aromatiques pour infusions
  • le séchage pour faire ses épices
  • des yaourts
  • des crackers
  • ou gâteaux cuits à basse température
VIE HEALTHY

Beauté naturelle: L’huile de noisettes

J’ai testé pour vous… l’huile de noisettes !
Il a y peu, j’ai acheté une huile de noisettes, initialement pour la cuisine.
Et finalement j’ai expérimenté d’autres usages. C’est ça qui est génial avec l’alimentation végétale, elle permet le double usage. Avouez, on ne pourrait pas s’étaler de la mayonnaise sur le visage

  • Un peu de Théorie –
    FICHE TECHNIQUE:
    Aspect: liquide huileux fluide
    Couleur: jaune doré
    Odeur: je ne suis pas hyper fan de l’odeur de l’huile de noisette. Je la trouve un peu forte mais c’est très personnel.
    Toucher: Sec, pénètre rapidement sans laisser de film gras
    COTE BIEN-ETRE ET BEAUTE
    PROPRIETES:
    Non comédogène: elle équilibre la production de sébum des peaux grasses
    Très pénétrante: elle assouplit la peau en profondeur sans laisser de film gras et permet la bonne pénétration des actifs comme les huiles essentielles.
    Protectrice: elle prévient la déshydration de la peau
    Cicatrisante: aide à réparation du tissu cutané
    Adoucissante: elle apporte à la peau un toucher soyeux
    INDICATIONS:
  • Soin des peaux mixtes à grasses
  • Acné et points noirs
  • Prévention et réparation des vergetures et cicatrices
  • Support des frictions aux huiles essentielles
  • En pratique –
    CICATRISANTE:
    J’ai troqué la crème de nuit par de l’huile noisettes pendant une semaine.
    Dès le lendemain de la première utilisation j’ai mesuré de nettes améliorations sur ma peau!
    Ma peau est plus lisse, les cicatrices d’acnée se sont estompées.
    CHEVEUX: j’ai mis de l’huile de noisettes sur mes cheveux durant une nuit entière. (sur mes pointes). Pensez à mettre une serviette sur votre oreiller, je ne veux pas être responsable de tais d’oreillers flinguées.
    Je me suis lavée les cheveux le lendemain, et le résultat était au délà de mes espérances! On aurait dit que je sortais de chez la coiffeuse, ils étaient nourris, brillants et doux. Mes petites bouclettes m’ont dit merci.
VIE HEALTHY

mon germoir economique

Quand on commence l’aventure des graines germées on prend le risque de développer l’addiction-graines-germées.

Témoignagnes d’une addiction:
Il y a des addictions plus saines que d’autres, non? Ou par essence l’addiction n’est pas saine?
Enfin bref, j’ai découvert le plaisir de voir pousser ses propres plantations. Je m’émmerveille à chaque fois, et pour ne rien vous cacher, en réalité dès que je me lève je cours voir comment vont mes petites graines.
Alors voilà, j’ai un germoir. Mais mes petites graines poussent à leur rythme. Normal.
Mais moi j’ai faim? Du coup, il faudrait produire plus. Acheter un autre germoir? Plus gros?
J’ai voulu essayer autre chose: le recyclage.
J’ai ouvert mon placard à bocaux en verre-pots-à-confitures-bonne-maman. Vous savez celui où on stocke des choses « au cas où ». Et j’ai trouvé un grand bocal en verre (initialement un pot à compote). Et je l’ai transformé en germoir.

La preuve en image:
Inutile de vous faire un tuto, en fait c’est simple: percer des petits trous dans le couvercle (pas trop gros, les graines pourraient s’échapper au rincage).
Après avoir fait tremper mes graines, je l’ai ai mise dans mon nouveau germoir. Et basta! Magique!

Je les rince deux ou trois fois par jour, et là aussi ça facilite leur petite toilette: Dévisser le couvercle, remplir le bocal d’eau, refermer le couvercle, renverser le bocal (à la verticale) et l’eau se vide par les petits trous du couvercle.

Et vous savez quoi: j’en ai encore plein de bocaux en verre. Je ne serai plus jamais en manque.