SOCIÉTÉ

Urgence sanitaire évitons la récidive

Chères lectrices, chers lecteurs,
Vous le savez, je ne suis pas médecin. Je suis naturopathe. Alors quel est le lien entre nous?
La majorité des personnes qui passent la porte de mon cabinet, portent déjà le fardeau de la maladie. Ou si ce n’est la maladie, au moins toute la symptomatologie qui les conduisent tout droit..dans le mur.

I have a dream. Je rêve que dans les années à venir, la majorité de mes consultants soient des personnes avec une bonne vitalité et qui veulent apprendre à conserver et développer leur santé.
Voilà l’essence même de mon art, qu’est la Naturopathie. La prévention et l’éducation à la santé.

Nous ne sommes pas égaux face à la santé, ni même face à la maladie. La vie nous dote à la naissance d’un patrimoine génétique singulier et d’une vitalité différente. Envisageons la Vitalité comme une petite flamme à l’intérieur de nous. Que l’on peut choisir de conserver et d’aider à se déployer. Ou bien de souffler dessus et l’aider à s’amenuir.

Je souhaite avant tout, remercier les soignants pour leur engagement, et de façon générale toutes les personnes qui participent de près ou de loin à enrayer Covid.

Mais voilà, chères lectrices, chers lecteurs, une question tourne en boucle dans ma tête. La crise sanitaire que nous traversons en ce moment me pousse à me demander: Comment aurions-nous pu l’éviter? Mais surtout, individuellement quels sont ceux qui auraient pu éviter non pas de contracter le virus, mais de le laisser gagner du terrain?
Croyez-le, je ne parle pas là des plus fragiles et ceux dont la vitalité était déjà basse. Je pense à ceux, dotés par la nature d’une vitalité suffisante mais qui, par leur hygiène de vie se rendent malades et encrassent leur terrain. Terrain qui devient alors propice au développement de pathologies en tout genre.
Sans rentrer dans le pathos, je me demande combien de lits n’auraient pas manqués, ô combien il n’y aurait pas eu saturation si seulement les biens portants que nous sommes avaient eu une action préventive concernant leur santé? Ne serait-ce qu’en coupant la plupart des toxiques qui dépendent de nous pendant une période donnée et en ayant une action de renforcement de nos défenses immunitaires.

Profitons du confinement pour interroger. Interroger vraiment. Interroger en profondeur nos fonctionnements, nos modes de pensées, nos habitudes, notre consommation, notre alimentation. Et envisageons une réforme globale, à l’échelle individuelle.

Sachez, que nous ne « tombons » pas malades, comme ça, sans raison. Nous devenons malades, nous nous rendons malades à cause de pratiques contraires aux lois naturelles. Branchons nous sur la fréquence de la vie, pour que le vivant perdure.
Il ne vous viendrait pas à l’idée de mettre du diesel dans un moteur essence. N’est ce pas?
Alors pourquoi aspirez-vous du goudron? Que mettez-vous dans votre bouche? Sérieusement, vous rendez-vous compte?
Vous avez le pouvoir sur votre santé. Votre organisme est puissant. D’ailleurs il se régénère tout seul en permanence. Mais il ne peut être le seul à bosser. Comprenons que nos mauvaises habitudes alimentaires conduisent à un encrassement. L’organisme seul n’est plus à même de conserver l’homéostasie.
Sortons nos poubelles, et arrêtons de manger des poubelles.

Prenons nous en charge, aidons nous. Chérissons notre véhicule. Nous ne sommes pas qu’un corps, chérissons nous tout entier.

La médecine conventionnelle a une nouvelle fois prouvée sa capacité merveilleuse à sauver des vies en situation d’urgence. Aidons nos soignants. Évitons de saturer les hôpitaux avec des maladies de civilisations. Arrêtons de manger du plastiques, des pesticides, des additifs en tout genre.
Pour que chacun puisse continuer à pouvoir compter sur les urgences, en cas d’urgence.

Tirons des leçons de cette crise sanitaire. Développons notre Capital Santé, en prévention, avant que la maladie s’installe, et pas seulement en temps de pandémie.
Lavez vous les mains, et ne mettez pas n’importe quoi à la bouche. Vous le savez depuis petit.
Pour le retour du bon sens, au service du vivant.

Amandine Buffin
Naturopathe & Coach

Previous Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply